Axes de conception

Notre agence d’architecture est spécialisée, depuis sa création, en recherches appliquées tournées vers les études prospectives (les maisons sensorielles…), les dispositifs “expérimentaux” méthodologiques et constructifs (filières sèches…) et les explorations thématiques (l’architecture sonore…) dans l’habitat social.
Depuis de nombreuses années, le facteur environnemental est déterminant dans nos principes de conception pour assurer le confort, maîtriser les coûts d’installation et de maintenance et favoriser les liens sociaux. Les qualités architecturales de nos projets ont été enrichies et modifiées par la volonté d’inscription dans le site, d’économie d’énergie…

 

Le standard passif est un standard énergétique pour les bâtiments. Il caractérise des bâtiments extrêmement bien optimisés pour minimiser les besoins de chauffage. Trois critères sont définis par le standard passif, ils doivent être vérifiés sur base d’un logiciel spécifique (PHP – Passive House Planning Package).

  1. Besoin de chaleur de chauffage inférieur ou égal à 15kWh par m² de surface utile par an.
  2. Etanchéité à l’air optimale vérifiée par un test d’infiltrométrie (dit test BlowerDoor) et ne dépassant pas un renouvellement de 0,6 volume par heure sous une surpression ou dépression de 50Pa (n50 = 0,6 h-1).
  3. Besoin total en énergie primaire inférieur à 120kWh/m²/an.
Un bâtiment basse consommation selon la réglementation RT2005 (RT2012 à partir du 28 octobre 2011) est un bâtiment dont la consommation conventionnelle en énergie primaire pour le chauffage, le refroidissement, la ventilation, la production d’eau chaude sanitaire, l’éclairage et les auxiliaires techniques (pompes…) est inférieur de 80% à la consommation réglementaire. Ce label est bien moins contraignant que le label Passif.
Un bâtiment labellisé HQE doit satisfaire au minimum 7 des 14 cibles déterminées par le label; en visant la performance maximale pour au moins 3 cibles dites «prioritaires».
Si on se place dans une « démarche » environnementale, sans viser la labellisation, on peut néanmoins réfléchir à l’ensemble des cibles, sans s’imposer des niveaux optimaux pour toutes. Le label HQE ne se limitant pas à l’aspect énergétique, un bâtiment labellisé HQE peut être une construction très peu performante d’un point de vue énergétique. Les cibles très larges sont réparties en 4 grands domaines, l’éco-construction, l’éco-gestion, le confort et la santé. Concernant la consommation d’énergie, la HQE vise 75kWh / m2/ an tandis que la THQE (Très haute qualité environnementale) exige une consommation maximale de 50 kWh/m2/an.
Ce label est de nos jours inadapté et insuffisant, néanmoins il garantissait une réflexion sur des thêmes majeurs de l’architecture d’aujourd’hui à l’époque de sa mise en place.
  La compacité permet une économie globale lors de la construction du projet, limiter la matière limite le coût.
D’un point de thermique il est important de définir le volume chauffé, c’est-à-dire le volume dans lequel on souhaite maintenir un certain confort, en termes de température et de qualité de l’air. Le rendre le plus compact possible permet de minimiser les surfaces de déperdition, ainsi que les ponts thermiques.
  Cette idée de compacité peut s’appliquer à la maison individuelle, en groupant plusieurs maisons des économies sont effectuées. En outre la conception de maison groupées permet d’envisager de nouvelles typologies et de repenser la manière d’habiter.
Pour atteindre les objectifs de performances demandés par le Label BBC-Effinergie et surtout le très contraignant Label Passif il est nécessaire d’isoler au maximum le bâtiment. L’étanchéité à l’air est particulièrement importante, il s’agit en effet d’éviter les exfiltrations et infiltrations d’air incontrôlées.
  Intégrer le paysage, l’urbanisme et l’architecture : l’architecture ne peut pas s’imaginer comme un élément autonome posé sur un site, il en est de même pour le paysage et l’urbanisme. Le lien environnemental impose une démarche globale. Nombres de nos projets tentent d’estomper la frontière entre l’architecture et la nature en utilisant des éléments végétaux sous différentes formes.
  Proposer de la diversité dans l’agencement des baies. Depuis l’extérieur les fenêtres créées les façades, de l’intérieur les différentes vues s’adaptent à la fonction des pièces et cadrent le paysage.
  Le choix d’une gestion bioclimatique impose de penser le projet par rapport à son orientaton. Un batîment orienté Nord / Sud, conçu de façon bioclimatique permet de profiter d’un large apport solaire en hiver, tout en minimisant l’impact des grosses chaleurs en été. En effet les façades sont largement vitrées au sud sur les pièces de vie, tout en étant protégées du soleil de la mi-journée. Au nord, à l’est et à l’ouest les percements peuvent être de plus petites dimensions pour éviter les déperditions thermiques.
  Les ombres portées de l’environnement existant et des batîments créés déterminent en partie l’emplacement des constructions nouvelles.
La gestion des eaux pluviales permet la réutilisation de l’eau obtenue pour des usages externes (arroser les plantes, nettoyer la voiture …)
  L’orientation Nord / Sud permet une ventilation naturelle efficace.